Mon Commentaire Steam au Sujet de l'extension / My Steam Commentary on the Extension

Je le poste ici en espérant que cela aide le développement

Quand on lit « extension », certains dont je fais partie entendent encore « une somme suffisante de contenu additionnel incluant : nouvelle carte, fonctionnalités et mécaniques » qui améliorent et prolongent les plaisirs précédemment amorcés.

Qu’en est-il ici ?

I) La carte

Ce qui saute aux yeux au moment de consulter sa carte, c’est qu’elle est nettement plus petite que la carte de base. Elle ne représenterait que les ¾ de la terre des exilés, mais parait bien plus petite encore. Sans doute que cela se fait au profit des donjons (hypothèse à vérifier), mais hélas il faut avouer que les donjons ce ne sont pas la cerise de tous les gâteaux.

Et là l’abus de donjons pourrait bien nuire à votre santé… puisqu’il s’agit d’un pilier de cette extension ! Un choix que je trouve contestable, car clairement clivant. Concernant la surface elle-même, je ne m’étendrais pas sur les bugs graphiques qui nuisent à l’immersion, les plaçant sur le compte de l’early accès, mais je garde ce point en tête.

D’ailleurs, exit les grands paysages sauvages à la John Milius qui donnaient le vertige et renvoyaient clairement au premier (et seul) film. Ici le sentiment claustrophobique vous accompagne de la surface aux caves, à part peut-être au centre de l’ile (sans qu’on puisse y construire) mais cela reste léger.

Les ressources sont bien plus dispersées que dans le premier opus. Sans doute dans l’objectif d’augmenter artificiellement la durée de vie. Ici il ne suffira plus de préparer une expédition en un point pour faire le plein d’une ressource donnée. Leurs espacements, mais surtout leurs faiblesses vous obligeront à traverser la carte de part en part. Une solution qui a conduit d’autres Survivals dans le mur précédemment.

II) Le bestiaire

Ces changements côtoient des créatures particulièrement mal modélisées et dont le choix est largement contestable. Des « Chiens » aux « Canards », en passant par les « tortues », on quitte tristement l’univers SF pour une surcompensation plus loin sous forme de « démons des enfers » sans que l’environnement ne change vraiment…

Ici c’est quand même une majorité de « créatures » que l’on affrontera, les humains restent présents, mais ne représentent plus qu’une faible fraction du bestiaire. Ce qui constitue un autre choix contestable. Désormais, ils apparaitront de manière aléatoire sur la carte (suivez les icones bleus), ou devront être « invoqués » dans les temples dédiés après avoir fait les donjons. Tout ceci est censé accompagner une approche différente qu’il faut reconnaitre, mais qui annule une grande partie de ce qui a fait le charme du jeu de base.

III) Divers

Il est bien dommage de constater qu’aucun apport déterminant n’est fait au système de combat. Dans un environnement qui réussit l’exploit d’allier la désertification au manque d’espace, les rencontres hostiles consacreront un système de combat qui n’a pas su évoluer et même pire. Les changements concernant l’esquive et la mécanique de l’avatar ont rendu laborieux et lourds des combats précédemment dynamiques. On assiste un acte criant de réalité dans un univers irréel : oui les combats c’est cool qu’à Hollywood.

Dès que cela deviendra possible, on préféra laisser son esclave taper à sa place, surtout pour les gros boss. Car cela, en plus d’être bien plus prudent est aussi bien plus efficace. D’autant plus que la régénération de vie passe désormais par les bandages et potions bien plus que par l’alimentation, ce qui impose dès les premiers échanges la conclusion : soit ça passe soit ça casse !

IV) En résumé

Il faut garder en tête que le jeu est en accès anticipé, et que Funcom n’a pas pour habitude de laisser tomber ses jeux même bien après leurs sorties définitives. Mais en attendant, l’extension est avant tout « une nouvelle carte » dépossédée de du charme et du soins dont a bénéficiée la terre des exilés. Le level désign n’y est pas suffisamment graduel et mal servie une la direction artistique qui s’est engouffrée dans les grottes.

Pour ceux qui redécouvrent Conan sans avoir suivit les évolutions au fur et à mesure, ils auront le plaisir de découvrir les nouvelles mécaniques des montures et de la domestication des animaux, mais seront probablement choqués de découvrir la nouvelle lourdeur du personnage et ses esquives criantes de réalisme mais surtout d’ennuie. Mais le pire, c’est que passé tout ceci, il n’y a rien ou presque. Certes il y a de nouvelles armes, des nouvelles pièces de construction, deux trois ajouts par ci par là, mais rien de transcendant.

J’espère pouvoir réécrire cette évaluation avec le temps, et il y a de l’espoir venant de Funcom… mais là, c’est un non catégorique, et surtout pas à plus de 20 euros.

---- Google translation ----

When we read “expansion”, some of which I am a part still hear “a sufficient amount of additional content including: new map, features and mechanics” which enhance and extend the pleasures previously initiated.

What about here?

I) The card

What is obvious when you look at his map is that it is significantly smaller than the base map. It would only represent ¾ of the land of the exiles, but appears much smaller still. No doubt that this is done for the benefit of the dungeons (hypothesis to be verified), but unfortunately we must admit that the dungeons are not the icing of all the cakes.

And here overuse of dungeons could be damaging to your health … since this is a mainstay of this expansion! A choice that I find questionable, because clearly divisive. Regarding the surface itself, I wouldn’t dwell on the graphical bugs that hinder immersion, putting them on the early access account, but I keep this point in mind.

Besides, exit the large wild landscapes à la John Milius which made you dizzy and clearly referred to the first (and only) film. Here the claustrophobic feeling accompanies you from the surface to the cellars, except perhaps in the center of the island (without being able to build there) but it remains light.

The resources are much more dispersed than in the first game. No doubt with the aim of artificially increasing the lifespan. Here it will no longer be enough to prepare an expedition to a point to refuel a given resource. Their spacing, but especially their weaknesses will force you to cross the map through and through. A solution that has led other Survivals to the wall previously.

II) The bestiary

These changes come alongside creatures that are particularly poorly modeled and whose choice is largely questionable. From “Dogs” to “Ducks”, including “turtles”, we are sadly leaving the SF universe for further overcompensation in the form of “hell demons” without the environment really changing …

Ici c’est quand même une majorité de « créatures » que l’on affrontera, les humains restent présents, mais ne représentent plus qu’une faible fraction du bestiaire. Ce qui constitue un autre choix contestable. Désormais, ils apparaitront de manière aléatoire sur la carte (suivez les icones bleus), ou devront être « invoqués » dans les temples dédiés après avoir fait les donjons. Tout ceci est censé accompagner une approche différente qu’il faut reconnaitre, mais qui annule une grande partie de ce qui a fait le charme du jeu de base.

III) Divers

Il est bien dommage de constater qu’aucun apport déterminant n’est fait au système de combat. Dans un environnement qui réussit l’exploit d’allier la désertification au manque d’espace, les rencontres hostiles consacreront un système de combat qui n’a pas su évoluer et même pire. Les changements concernant l’esquive et la mécanique de l’avatar ont rendu laborieux et lourds des combats précédemment dynamiques. On assiste un acte criant de réalité dans un univers irréel : oui les combats c’est cool qu’à Hollywood.

As soon as it became possible, we preferred to let his slave type for him, especially for the big bosses. Because that, in addition to being much more careful, is also much more effective. Especially since the regeneration of life now goes through bandages and potions much more than through food, which requires from the first exchanges the conclusion: either it passes or it breaks!

IV) In summary

Keep in mind that the game is in Early Access, and Funcom does not usually drop games even long after their final releases. But in the meantime, the expansion is above all “a new map” stripped of the charm and care enjoyed by the land of exiles. The level design is not gradual enough and is not well served by the artistic direction which has rushed into the caves.

For those who rediscover Conan without having followed the evolutions as they go, they will have the pleasure of discovering the new mechanics of the mounts and the domestication of animals, but will probably be shocked to discover the new heaviness of the character and his screaming dodges of realism but above all boredom. But the worst part is that after all this, there is little or nothing. Certainly there are new weapons, new construction pieces, two or three additions here and there, but nothing transcendent.

I hope I can rewrite this review over time, and there is hope coming from Funcom … but this is a definite no, and especially not more than 20 euros.

1 Like

Je suis l’argement pas d’accord sur plein de point.

La map parait certes petite, jusqu’à ce qu’on la parcourt vraiment.

Il a été annoncé (aprés ton message), qu’elle sera étendu tout le long de l’early access.

Les paysages à John Millius type grande plaine immense, ben y’en a plus que sur les terres d’exiles…C’est pareil que pour la taille, faut l’explorer la carte.

Pour le bestiaire, je note aussi de la mauvaise foi.

Ouais moi aussi

This topic was automatically closed 7 days after the last reply. New replies are no longer allowed.